Bienvenue sur le blog Resc and Tech

"Montre-moi tes outils, je te dirai qui tu es."

jeudi 3 mars 2011

Savez-vous d'où vient le nom "pissette" ?

Photo de l'auteur
Tous les spécialistes ne sont pas forcément d'accord sur ce sujet (ô combien fondamental !) : quelle est l'origine du mot "pissette" ? Vous savez, la "pissette", la lance du dévidoir tournant du Fourgon Pompe-Tonne normalisé.
Pour certains, on pourrait évoquer une analogie avec le récipient de laboratoire, de forme cylindrique (souvent en matière plastique), muni d'un tube plongeant et d'un tube verseur recourbé. Ce récipient, prévu pour contenir des solvants divers (éthanol, méthanol, eau déminéralisée, etc.) s'appelle une "pissette" (source Wikipedia).
Pour d'autres, il s'agirait d'un terme ironique qui comparerait le jet de la lance (sa forme, son débit... et son efficacité) avec celui que produirait quelqu'un qui serait en train de... pisser.


Pour moi (et selon les informations fournies par un des fabricants historiques de matériel incendie... et donc de lances), l'explication serait plus savoureuse.
En premier lieu, il faut savoir que cette lance dispose d'un diamètre d'entrée de 20 mm (raccord GFR femelle) et d'un ajutage de 7 mm (exceptionnellement de 8 mm). Elle est décrite d'ailleurs dans la deuxième partie, chapitre premier, article 5.1.A. du Réglement d'Instruction et de Manoeuvre (R.I.M.).
Dans les catalogues, on parlait donc de lance de 20-7 ou d'ajutage de 7 (donnée essentielle pour dessiner la courbe débit-pression de cette lance). Or, comme le symbole normalisé pour désigné le diamètre est la lettre grecque phi (matérialisée par le caractère Ø), cette lance est codifiée comme étant la lettre Ø7 ou "phi-sept". De fil en aiguille (nous autres sapeurs-pompiers n'étant pas naturellement doués pour le grec !), ce "phi-sept" est devenu "pissette". CQFD.
L'explication n'est peut-être pas véridique, mais admettons qu'elle est séduisante.
Enfin, et pour rappel, ajoutons qu'une formule permet de calculer le débit d'une lance en fonction de son ajutage (ou ajutage équivalent) et de sa pression d'alimentation :
Qv=π/4.d².√(2g.P/ρ.g) 
où Qv est le débit volumique
       d est le diamètre de l'ajutage
       g est l'accélération de la pesanteur
       P la pression à la lance
       ρ la masse volumique de l'eau

En simplifiant (quand même !), on obtient :
Qv=0,666.d².√P
où Qv est en litres par minute
     P est en bars
     d est en millimètres


Donc, si d=7 (car "phi-sept", souvenez-vous !), si P=3,5 (cf. p. 1063 du R.I.M.), on trouve Qv=61 l/min (le R.I.M. prévoit 58 l/min !).

3 commentaires:

Tony G. a dit…

Bonjour,

C'est marrant car on en parlait, il y a peu dans mon cis.

J'avais une explication un peu différente concernant l'origine du mot "pissette" :

PISSETTE = π7 =3,141592653 x 7 =~22

Soit le diamètre interne du tuyau de la LDT.

Tony G

ludodelporte a dit…

Bravo tony, quel talent...

Anonyme a dit…

10% les gars,je vous dis 10 %!!!

fred